Les big data : bien plus qu’une question d’intuition

Les big data : bien plus qu’une question d’intuition

Les entreprises et pouvoirs publics ont la possibilité de collecter des quantités colossales de données, de les analyser, et de les utiliser dans le but d’optimiser leurs services. Il semble qu’en échange les consommateurs doivent accepter l’exploitation d’une partie de leur vie privée. Mais est-ce qu'ils sont réellement désavantagés ? Et comment ces données sont-elles utilisées correctement ?

En 1956, IBM a dévoilé le premier disque dur au public. Il pesait plus d’une tonne et avait une capacité d’enregistrement de 5 mégabytes. Vous pouviez donc y stocker environ 5 photos de qualité supérieure. Le disque dur n’était pas à vendre, mais en tant que société vous pouviez « louer » l’espace pour 3 200 dollars par mois. Aujourd’hui, vous payez 10 dollars par mois pour enregistrer dans votre cloud une capacité de deux téraoctets. En bref, 400 000 fois plus d’espace de stockage pour une bouchée de pain. Le climat technologique pour collecter et analyser des mégadonnées n’a jamais été aussi favorable. Les données massives sont bon marché, à portée de mains et abritent une mine d'informations. Pourtant, encore trop peu d’entreprises en font usage.

Mais que signifie big data ? Le terme est très souvent employé, mais reste flou. Il s’agit d’un large assortiment et volume de données originaires de différentes sources :  de fichiers, photos, données de capteurs, tweets… Lorsque vous structurez et analysez ces données, elles prennent une grande valeur. C’est devenu le Saint Graal : l'instrument politique ultime dans tous les secteurs et industries.

Des problèmes de modem ou de réseau ? Le fournisseur vous contacte.

Concrètement : chez Telenet, nous analysons le comportement de visionnage de nos abonnés Play More. Par exemple, nous avons découvert que septante pour cent d'entre eux vivent un moment « hors catalogue » sur une base annuelle : le fait que la série visualisée par un abonné soit extraite du catalogue alors qu'il n'a pas encore vu toute cette dernière. Grâce aux données collectées, nous pouvons désormais alerter en temps utile le client sur la date à laquelle la série n’est plus disponible, afin qu’il ne soit pas confronté au fait accompli.

Download

Nous avons également commencé à collecter des informations sur les performances des modems en plaçant des capteurs : par exemple, pour connaître la fréquence à laquelle ils tombent en panne ou sont confrontés à des problèmes. À l'avenir, le client n'aura plus à nous appeler pour dire que son modem ne fonctionne plus. Nous pourrons nous-mêmes l'en informer. Les données de capteurs sont donc un élément important de la maintenance préventive et permettront aux clients d'éviter d’engendrer une certaine frustration.

Dans d’autres secteurs et industries, on expérimente beaucoup cette forme de données, également appelée Internet des objets (IoT). Grâce aux informations collectées par les capteurs sur l’humidité et la qualité de l’air, la chaleur, la vitesse, le mouvement, la rotation ou la localisation, nous évoluons vers une ère dans laquelle le fournisseur informe lui-même le client sur la nécessité d’un entretien. Des capteurs sur les pipelines surveillent le flux de matières premières et détectent les fuites de gaz et de pétrole en temps réel.Les stimulateurs cardiaques ou les appareils auditifs qui fonctionnent mal envoient des signaux à l'hôpital. Mais cette avancée est également profitable aux pouvoirs publics : en sachant avec précision où et à quel moment le nombre de voitures sur la route augmente, vous pouvez apporter des ajustements plus spécifiques à votre réseau routier. Même le service de collecte des déchets peut, grâce à des capteurs de pression sur les poubelles, déterminer leur niveau de charge et ajuster leur itinéraire en conséquence.

De nouvelles perspectives pour les glaces

Par le passé, les entreprises ne pouvaient s'appuyer que sur des informations provenant directement du canal client : les produits achetés par un client, le délai de paiement, la fréquence des prises de contact… De plus, nous devions compter sur nos connaissances, notre expérience et notre intuition historiques. À présent, nous revenons à la réalité grâce aux big data. En effet, aujourd'hui nous reconnaissons des modèles dans ces grandes quantités de données qui sont parfois contre-intuitives.

C’est ainsi qu’un fabricant de glaces bien connu a supposé que les glaces n'étaient consommées que par beau temps. Les campagnes de marketing étaient invariablement adaptées à cette connaissance intuitive. Mais grâce à une analyse approfondie des chiffres d’achat, il est apparu clairement qu’il n’y avait pas de corrélation entre la consommation de glace et les conditions météorologiques. La glace était davantage perçue comme un « plaisir » ou une collation par le consommateur, comme le « bounty » par exemple. En bref, les big data surpassent parfois notre intuition et peuvent nous conduire à de nouvelles idées inattendues.

Download

Tous les exemples ci-dessus illustrent comment les big data peuvent améliorer le service aux citoyens. Mais ils peuvent également être utilisés dans le domaine de la sécurité. Chez Telenet, il existe aujourd'hui une unité de justice distincte, dans laquelle de nombreuses données sont collectées. Au moment où un suspect dans une enquête de police est poursuivi, nous sommes obligés de publier des informations sensibles, par exemple relatives aux téléphones portables. De plus, s'il n'y a pas de motif légal, nous ne divulguerons jamais les données de confidentialité des clients.

Les clients n'ont donc pas à s'inquiéter : en tant qu'entreprise, nous ne sommes pas intéressés par les informations personnelles d'une personne. Nous utilisons principalement les big data pour cerner les tendances et coordonner nos services et notre gamme de produits. Nous espérons que la nouvelle législation sur la confidentialité des données (GDPR) pourra à terme également dissiper la méfiance existante concernant les mégadonnées, étant donné que les consommateurs peuvent déterminer eux-mêmes dans quelle mesure leurs données sont utilisées à des fins de marketing.

Ricky Nuyens IT Mgr New Business & Data Architecture